29 secondes en périphérie
Mémoire théorique, Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, HEAR, 2018.

« Faire parler les murs, la poussière, la lumière (...) Travailler les regards, les points de vue, les façons de percevoir, de recevoir, de raconter une histoire. Travailler l’endroit d’où l’on regarde, à savoir le théâtre, la scénographie (...) Il me semble à ce jour que travailler des dispositifs de déambulation consiste à interroger la façon dont le spectateur est amené à créer sa propre position d’écoute (ou de regard, de ressenti) mais aussi la manière dont il peut gérer cette même position au sein d’une communauté de spectateurs. Dans le cadre d’une création, il me semble essentiel de toujours poser les questions suivantes: « De quel point de vue est-ce que je regarde cet objet? », « Quelle est la perspective adoptée par mon voisin? », « Comment sommes-nous invités à recevoir ensemble un objet performatif ici et maintenant? ».

01-04. 29 secondes en périphérie, 2018, Elise Villatte


<<  >>